Nous avons eu un été magnifique et chaud. Tellement chaud qu’on cherchait par tous les moyens un accès à des plans d’eau, qu’ils soient petits ou très grands. Toutefois, ces petits bonheurs de la vie peuvent rapidement se transformer en tragédie : la noyade! En date du 25 juillet, on dénombrait déjà 54 morts contre 37 à pareille date l’an dernier.

Pourquoi ce nombre si élevé?
On explique les cas de noyade dans les piscines privées en grande partie à cause du télétravail à la maison. En ce qui concerne les noyades dans les lacs, les Québécois étant obligés de rester au Québec, plusieurs d’entre eux ont décidé de pratiquer des sports nautiques, de louer des embarcations et accessoires nautiques. Sauf qu’en 2020, il y a encore beaucoup de gens qui ne savent pas nager et beaucoup trop qui s’aventurent sur les plans d’eau sans ceinture de flottaison.

Le tube gonflable très populaire est particulièrement propice à des accidents. On veut faire vivre des sensations fortes aux passagers. Que ce soit à haute vitesse pour les ados et adultes ou à basse vitesse pour les enfants, malheureusement, on peut chavirer ou en être expulsé. Comme le dit M. Raynald Hawkins, directeur général de la Société de sauvetage du Québec : « Si l’excuse pour ne pas en porter, c’est qu’on n’a pas l’intention d’aller par-dessus bord… rappelez-vous que lorsqu’on conduit en auto, même si on n’a pas l’intention d’avoir un accident, ça va faire la différence de porter sa ceinture. Et encore là, il faut la porter, et non juste l’apporter. Vous ne savez pas quand vous en aurez besoin. »

Que l’on pratique la voile, le kayak, la pêche en chaloupe, le bateau à moteur, la planche à voile, il faut prévoir porter une veste de flottaison adaptée à son poids. Pour les enfants, il est très important d’en avoir aussi, car elles sont particulièrement conçues pour eux.

À proximité d’un plan d’eau, la prudence est de mise et se traduit par le port de la veste de flottaison.

Jacinthe Langlois