Se faire « barouetter » sur des routes en piètre état, ce n’est pas juste désagréable. Ça fait mal au portefeuille des automobilistes, et ça coûte une fortune à l’État et aux municipalités. C’est pour cette raison qu’il faut agir et que CAA-Québec revient, dès aujourd’hui, avec la quatrième édition des #PiresRoutes du Québec. À vos souris, claviers et écrans, le vote est ouvert !

Votez directement sur piresroutes.com
« Pas moins de 25 000 votes ont été enregistrés lors des trois dernières années ! C’est une occasion unique qu’on offre aux gens de s’exprimer et de livrer un message très clair aux autorités : on veut un réseau routier efficace, sécuritaire… et voici où il reste du travail à faire ! » résume Sophie Gagnon, vice-présidente communications et affaires publiques chez CAA-Québec.

On fait quoi avec Les pires routes ?
Pendant un mois, les automobilistes, piétons, cyclistes, camionneurs, chauffeurs de taxi, bref, tous les usagers de la route pourront voter pour Les pires routes. Après le vote, CAA-Québec publiera son palmarès et communiquera avec les responsables de chacune des routes afin de connaître leur plan de match. Seront-elles réparées ? C’est souvent le cas !

Source : Annie Gauthier